fbpx

L’aromathérapie, ou l’art du soin par l’essence des plantes

Les plantes médicinales sont utilisées depuis des millénaires pour soigner tout type d’affection. En plus des infusions et autres décoctions, la médecine d’antan employait une autre forme reconnue : les huiles essentielles.

Grâce à divers procédés existants, on extrait ces essences aromatiques de nombreux bois, fleurs, fruits, feuilles, racines, résines, graines, écorces du monde végétal. Une même plante peut donc offrir plusieurs huiles essentielles aux propriétés bien différentes.

Comment obtient-on les huiles essentielles?

Des milliers d’espèces à travers le monde fournissent des huiles essentielles, réparties en familles biochimiques. Les huiles obtenues sont ainsi classées par « chémotypes », c’est-à-dire en fonction de leur composition moléculaire. Une huile essentielle, chimie naturelle par excellence, peut renfermer des centaines de molécules actives distinctes. Néanmoins, cette composition et leur quantité change suivant le milieu de vie de la plante. Il existe plusieurs lavandes, comme il existe plusieurs romarins, qui ne poussent pas dans les mêmes conditions. Selon les pays de récolte, il existe des variations de températures, d’enrichissement des sols, de temps d’ensoleillement, du traitement en tant que plante cultivée ou de l’endroit de la cueillette sauvage, notamment. C’est ce qui offre à chaque huile essentielle des propriétés qui lui sont propres.

Les molécules aromatiques ont chacune des bienfaits à titre individuel, et c’est leur synergie au sein même de l’huile essentielle qui permet autant de possibilités. Ainsi, l’aromathérapie se prévaut de multiples vertus médicinales : antiseptique, antibacétrienne, antivirale, antifongique, immunostimulante, apaisante nerveuse, anti-inflammatoire, antidouleur, antispasmodique, digestive, cicatrisante, circulatoire sanguine, répulsion des insectes, etc.

Utilisation des huiles essentielles

Pour bénéficier de ces bienfaits, il est possible d’utiliser les huiles essentielles sur la peau en massage avec une huile végétale, en olfaction, en inhalation, en diffusion sèche ou humide, dans le bain. On fera particulièrement attention à l’administration par voie orale, toujours en dilution dans un support adapté. Les huiles essentielles peuvent également s’ajouter à des recettes de cosmétiques ou de produits ménagers maison.

Dans le milieu médical, de nombreux hôpitaux et EHPAD expérimentent aujourd’hui les huiles essentielles en désinfection des locaux, mais aussi pour apaiser la nervosité et ainsi diminuer les chutes des personnes âgées. Des applications qui légitiment de plus en plus l’aromathérapie auprès du grand public.

Des huiles de qualités

Le soin de la personne nécessite toutefois des huiles de qualité. Pour les choisir, on vérifiera quel est le chémotype de la plante, ainsi que sa provenance et son mode de culture. Bien sûr, sélectionner une huile essentielle biologique assurera qu’il n’y ait aucun résidu de pesticides. Il faut donc veiller à sélectionner des huiles 100% naturelles et intégrales. Certaines sont en effet modifiées ou diluées pour un coût de revient moins onéreux, mais de piètre qualité.

Bienfaits et précautions

Malgré ses nombreux bienfaits, l’aromathérapie reste à manier avec prudence, en particulier chez les enfants, les femmes enceintes ou allaitantes, les personnes âgées, ainsi qu’en présence de maladie grave, chronique ou de traitement médical en cours.

Les huiles essentielles comportent chacune des contre-indications, des précautions d’usage et de dosage qu’il convient de vérifier avant emploi.

Dans le doute, il vaudra toujours mieux se renseigner auprès d’un professionnel formé aux huiles essentielles (thérapeutes spécialisés, aromathérapeutes) ou d’un pharmacien.